Sweet

COVID-19 : Un protocole de tournage bien cadré.

Interviews
Théo Beauvallet , 9 juin 2020

Partager

Comment nos équipes vidéos s’adaptent à la crise du covid ? Les réponses sont dans l'interview de Rebecca El Gherabli, notre Responsable du pôle vidéo.

  • Comment se porte l’activité du pôle vidéo pendant cette période ?

L’activité du pôle se porte plutôt bien car nous avons réussi à retrouver nos projets comme nous avons fait uniquement de la post prod pendant le confinement et la préparation des tournages (5 en tout) en vue du déconfinement.
Tous les projets ont été maintenu, il n’y a eu aucune annulation uniquement des reports sur les projets liés à des tournages.

  • Quels sont les challenges d’organiser un tournage en pleine crise du Covid ?

Surtout des challenges sanitaires, il s’agit mettre tout en place pour assurer la sécurité de toutes les personnes, intermittents ou freelances, clients comme personnes de l’agence.
Les chefs de projet vont être chargés sanitaires et devront s’assurer que chacun respecte les mesures barrières avec le port de masques, lavage des mains, en limitant le nombre de personnes sur le set, les clients sont dehors du set avec un moniteur, et nous avons aussi un thermomètre contact.

Nous devons aussi appeler chaque personne pour savoir si elles sont malades ou si elles ont été en contact avec des personnes atteintes du COVID.

Au niveau des comédiens, ils doivent désormais se gérer eux-mêmes, il y a toujours un styliste et maquilleur mais sans contact physique.

Toutes les réunions d’avant tournage sont effectuées à distance et à priori il n’y aura pas de réunion physique avec les clients pour la post prod.

Le gros challenge c’est surtout se trouve dans la difficulté d’allier respect des mesures barrières tout en gardant la créativité du film.

  • Quelles dispositions inattendues avons-nous du prendre pour maintenir les tournages ?

Faire l’enregistrement d’une voix avec le comédien tout seul chez lui, et le reste de la vidéo a dû être fait en motion et images d’archives alors qu’il y avait un tournage de prévu initialement.
Tous les autres tournages ont sinon été reportés.

  • Qu’est ce qui a été bouleversé en termes de logistique ?

Le fait de ne pas pouvoir travailler ensemble sur les posts prod, c’est assez compliqué quand on a l’habitude de travailler en binôme, de ne pas pouvoir se poser ensemble pour faire les ajustements…etc. C’est aussi compliqué de s’envoyer les films par we transfer, ça prend énormément de temps.
Il faut aussi faire preuve de pédagogie avec les clients, se remettre dedans et faire preuve de pédagogie avec les équipes aussi.
C’est compliqué de devoir briefer quelqu’un à distance sur un film. En fait, tout est plus long désormais.

  • Quels sont les changements majeurs avant (PPM, casting, achats etc.) et pendant le tournage ?

Les PPM sont à distance désormais, il n’y a pas de séance d’essayage, c’est-à-dire que les stylistes achètent donc des vêtements en plusieurs tailles pour être certains que ça aille au comédien, il n’y a pas de retouche sur la personne.

Le maquilleur va devoir nettoyer ses pinceaux tout le temps aussi.
Toute la préparation des comédiens va être beaucoup plus longue, les temps de tournage vont devoir être ré-adaptés pour pouvoir tout faire rentrer sans pour autant augmenter les temps de tournage.

  • A quoi ressemble une équipe de tournage type pendant cette période ?

Une équipe réduite, il y a seulement les personnes qui sont vraiment indispensables, c’est-à-dire qu’on va éviter plusieurs assistants caméra, et on va avoir que les chefs de postes.
Vu que les tournages ne sont pas très gros on peut se permettre d’être en équipe restreinte, et c’est pareil du côté du client, ils ne viennent qu’à deux. On essaie de ne pas être plus de 10 sur le set.

  • Quel est le détail auquel on ne pense pas quand on organise un tournage en respectant les règles d’hygiène strictes liées au Covid ?

C’est la créativité, ça reste un peu au second plan alors que ça devrait être l’élément principal de base, mais comme on doit penser à la sécurité de tous et aux gestes barrières, ça devient difficile et plus secondaire malheureusement.

Partager cet article

Plus d'articles

Actualités 2 juillet 2020
2 min

Sweet Punk remporte trois nouveaux budgets.

Sweet Punk remporte Bouygues Bâtiment International, l'Aquarium la Rochelle, et Street Power Football.

Interviews 10 juin 2020
1 min

Guess Their Job : Episode 4

Nouvelle interview Guess Their Job

Articles 8 juin 2020
3 min

Sweet Punk Montpellier : pourquoi s’ouvrir sur le sud ?

Tout le monde vous le dira, le cœur du marché de la publicité en France se trouve en terres parisiennes. Au fil des années, le secteur a connu un véritable exode des agences de régions vers la terre promise.

You should think bigger